#

LET THE CABLE RUN BEHIND THE SKIRTING BOARD.

The walls were already there, their stones thick and cold, heavy and stable. Emerging from a ravine, they support a surface which offers a place of prestige, a place where naked male bodies met during sporting competitions. The bowels of the stadium are today filled by new stalks. They are growing from the ground, or maybe down from the ceiling. Evil or holy ? They are here to bring back to life a corpse made of rocks, a dead body full of still stones. These grey veins must be part of the decor. They don’t want to hide, they are entirely part of this body, internal organs transplanted at the core of the structure; they insert themselves and punctuate each crevice with their beams; they are calling out to neighbouring flesh, attracted, their steps are now guided. They put on a costume which might fit the rest of the setting, a dark blue curtain – a night-blue, well chosen – which holds PVC tubes and other combinations of rubber and aluminium, of copper. The pipes have slowly become the guts of this rocky mass. The drape tries to make sense, to connect the different skins, but the dress is too short. When the wires are visible, the invasion is palpable.

I am standing in the middle of the underground hall of the Kallimármaro*, the ancient olympic stadium in Athens. Looking at this half-concealed spectacle resonates with my own state, I almost recognise myself in this occupied building.

My left eye has been jumping for a few days. And I have been repeating these words for a few weeks, now. The lower eyelid. Not really the one that activates itself the most. Difficult to know if it is an inner lack or an external weight that is making it tremble. It always comes back when I think I have eluded it. I have started to shake my head when it reappears, a brief movement. A dismissive move, a slight convulsion. As if this strange pulsation could keep quiet. Keep quiet, or be expelled.
The cord of the light has broken. I can’t simply switch it on, so I have to choose to unscrew, or not to. To cut short or to let the power run. To dismember it, or leave it on until the joint is repaired, until the seam is sealed. The return to normal conditions: when the connection between the user and the circuit can follow its organic bodily logic.
The zip on my backpack takes itself to bits. A week later, the one on my travel bag, the bag that sometimes transports my dirty clothes, goes too. Lately, the travel bag has been more often full of clothes to wash than souvenirs to bring back. Still, the feeling of departure is always there when I leave my room with it. But now this fantasy is hard to maintain: like the laundry it is suddenly exposed to the light. Moment of solitude when it came apart. I almost heard a laugh, muffled, coming from the bottom of the bag.
The elevator fell down.
I force myself to remain pragmatic, the state that others would call healthy. A cool head. Try not to see any pattern in these events, any sequence of signals, any symptoms. It is just a simple chain of ordinary reactions. Yet a presence seems to face me.

We all need external heat. If the supply cable breaks, it could soon be cold, it could soon be empty. I connect my cable and rejoin a flow of energy which had not waited for me in the meantime. If the circuit is open, it is me who is left out.
I am not part of the loop anymore. I fall, or I touch down, an observer of the run. But this break can’t be long: I have no grip on the surrounding activity and it wipes me out. Rooted to the spot or dropped in total weightlessness, I can neither tie myself down nor influence the course. Once I am back on the firm ground of the shore, I keep thinking about going back into the flood. I will have to find a smaller branch of the main current in order to reconnect. If I don’t make contact in a proper man­ner, I risk the shot, the attack, the shock. When the cables are naked, my own power and presence are threatened. ‘Follow its border and you will benefit from its mixture’. A shock appears sometimes when I approach another actor, another user-body. A shock which takes the shape of a light punch, an electric touch. Is it a residue of the power that usually acts under the surface? A mark left deliberately, or by accident. A clumsiness that reveals the occupation, the deep infiltration. A clue that unveils an alien presence now incorporated. Inserted and integrated. A leak.
I start to understand that the wave needs me to reach another partner, a possible member, a potential to extend this circle of tension. It penetrates me, or it rather penetrates through me: I have become an interface amongst many. I am part of a group of envelopes filtered by the same chain of correspondance. The veins the flow takes decorate our interiors. Some cables. They are grossly gathered in boxes, buried in useless drawers, finely concealed under tapestries or parquet floors. We think we are hiding them, but they are spreading within. The surrounding mass is good looking now. The less it is visible, the more it is natural, absorbed by façades and membranes. But the cable that links could also be the one that brakes you. The connection could soon encircle you; the heat source could produce a pressure too hot. A support stocking, who knows if it relieves more than it presses, lacerates or at least marks, digs, restructures your epidermis? A fluid can feed, but there will always be a threat of drowning, of swallowing the wrong way. I notice that other swimmers stagnate at my level. It might be possible to join these charges that leak or that are kept hold, a possible plan to divert the wiring within the system.


* ‘the beautiful marbled’.


LAISSE COURIR LE CABLE SOUS LA PLINTHE.
Les murs étaient déjà là. Pierres épaisses et froides, lourdes et stables. Émergés d’un ravin, leur surface accueille un lieu de prestige, lieu de rencontre de corps à l’origine mâles et nus lors de compétitions sportives. Les entrailles du stade sont aujourd’hui inondées de nouvelles tiges. Elles poussent du sol, ou bien descendent du plafond. Néfastes ou bienveillantes? Elles sont là pour ramener à la vie un cadavre fait de cailloux, de briques immobiles. Ces veines grises doivent faire partie du décor. Elles ne cherchent pas à se dissimuler, elles sont d’entières parts de ce corps, organes internes transplantés au cœur de sa structure. Elles s’immiscent et ponctuent par leurs rayons chaque interstice; elles interpellent des chairs voisines, de nouveaux visiteurs attirés, leurs pas sont à présent guidés. Elles ont enfilé un costume qui pourrait habiller le reste du cadre, un rideau d’un bleu sombre – un bleu nuit bien choisi – renferme des tubes de PVC et autres combinaisons de caoutchoux et d’aluminium, de cuivre. Les tuyaux sont doucement devenus boyaux de cet ensemble rocheux. Le drap cherche à donner sens à l’ensemble, à connecter les différentes peaux, mais la robe est trop courte. Quand les fils sont visibles, l’invasion devient évidente, palpable et pesante.

Je me trouve dans un couloir souterrain du Kallimármaro*, antique stade olympique d’Athènes. La vue de ce spectacle à moitié camoufflé résonne avec mon propre état actuel, je me reconnais presque dans cette bâtisse occupée.

Mon œil gauche saute depuis quelques jours. Et je répète ces mots depuis quelques semaines, maintenant. La paupière inférieure. Pas vraiment celle qui s’actionne le plus. Difficile de percevoir si c’est un manque interne ou un poids extérieur qui la fait trembler. Ça revient toujours quand je pense y avoir échappé. J’ai commencé à agiter la tête quand ça refait surface, un mouvement rapide et bref. Un mouvement de chasse, une légère convulsion. Comme si cette étrange pulsation pouvait se taire. Se taire, ou être balayée.
La corde de l’interrupteur a lâché. Je ne dois plus simplement enclencher mais choisir de dévisser, ou non. Couper court ou laisser courir le courant. Démembrer ou ne plus mettre sur pause, jusqu’à réparation de la jointure, raccordement de la couture. Un retour à l’état normal, une connexion entre ouvreur et donneur, entre utilisateur et circuit, physiquement plus logique.
La fermeture éclair de mon sac à dos s’est désossée. Une semaine avant celle de mon sac de voyage, celui qui transporte mon linge sale, parfois. Il est plus souvent plein de vêtements à laver que de cadeaux à ramener, dernièrement. Mais l’impression de départ est toujours là quand je quitte ma chambre, le portant sur mon épaule. Délicat de maintenir ce leurre : il s’est soudainement ouvert au grand jour, aux yeux de tous. Moment de solitude lors du décrochage. J’ai presque entendu un rire, étouffé, venant du fond du sac.
L’ascenseur est tombé.
Je me force à rester pragmatique, chose que d’autres qualifieraient d’esprit sain. La tête froide. Il ne s’agit pas là d’une série de signaux, de symptômes. C’est un simple enchaînement de réactions quelconques. Une présence semble pourtant me faire face.

On a tous besoin d’une chaleur extérieure. Si le cable d’approvisionnement lâche, il peut vite faire froid, il peut vite faire vide. Je branche mon câble, et je me branche, littéralement. J’accède à l’activité qui ne m’a pas attendu pour poursuivre le mouvement. Si le circuit s’ouvre, c’est moi qui me retrouve sur la touche. Je ne fais plus partie de la boucle. Je tombe, ou je me pose, observateur de la course. Mais cette coupure ne peut qu’être brève: je n’ai plus de prise sur l’énergie environnante, et c’est elle qui m’achève. Figé sur place ou lâché en totale apesanteur, je ne peux ni m’attacher ni influer sur le cours. Une fois que j’ai rejoint le sol ferme du rivage, je ne pense plus qu’à refaire partie du flot.
Je vais devoir retrouver un bras plus étroit afin de reconnecter avec le courant principal. Si je ne rentre pas en contact de manière adaptée, je risque la décharge, l’attaque, le choc. Quand les cables sont dénudés, c’est ma propre puissance et présence qui sont menacées.
‘Suis ses bordures et tu bénéficieras de sa mixture’. Un choc surgit parfois quand j’approche un autre acteur, un autre corps utilisateur. Un choc qui prend la forme d’un léger coup, une touche électrique. Résidu de ce pouvoir qui agit habituellement sous la surface ? Une trace laissée de manière volontaire, ou par erreur. Une maladresse qui révèle l’occupation, la profonde infiltration. Un indice qui dévoile une présence étrangère, à présent incorporée. Insérée et intégrée. Une fuite.
Je commence à comprendre que l’onde a besoin de moi pour atteindre l’autre partenaire, un possible membre, potentiel pour agrandir ce cercle de tension. Elle me traverse, ou plutôt traverse par moi, je suis devenu une interface parmi d’autres. Ensemble d’enveloppes filtrées par une même chaîne de correspondance. Les nervures que ce flux emprunte ornent nos intérieurs.
Des cables. Grossièrement amassés dans des boîtes, enfouis dans d’inutiles tiroirs, finement dissimulés sous tapisseries ou parquets. On croit les cacher mais ils s’insèrent davantage. Toujours et à jamais dans les parages. L’encerclante masse est agréable à regarder à présent. Moins elle est visible, plus elle est naturelle, absorbée par façades et membranes. Mais le cable qui lie et attache peut aussi être celui qui te freine. La connexion peut vite t’enserrer; la source de chaleur, exercer une pression trop chaude. Un bas de contention, qui sait si ça soulage plus que ça ne serre, lacère, ou du moins marque, creuse, remodèle ton épiderme ? Un fluide peut nourrir mais il y aura toujours menace de noyade, de fausse route.
Je remarque que plusieurs nageurs stagnent à mon niveau. Il semble possible de relier nos charges qui s’écoulent ou qui se retiennent, un possible plan pour dévier les cablages à l’intérieur même du système.

* ‘d’un beau marbre’.



Published in Horsd’œuvres, contemporary art newspaper #37, at the invitation of Franck Balland.
Photograph:
The dress too short.



© Nolwenn Salaün, 2015—2017